Sage femme

Missions de la sage-femme: Veiller - Surveiller - Eveiller
 
 
La sage-femme a un rôle d'éveil à la santé, à l'éclosion d'une famille, à "l'ajustement" chaleureux entre une mère et son enfant, entre un père et son enfant; et à l'attention et au respect à porter à l'enfant lui-même, étant, par ce qu'il est, un "puissant" éveilleur.
 
Dans l’exercice de l’ensemble de son activité professionnelle, la sage-femme tient un rôle primordial de proximité dans la prévention et l’information auprès des femmes.
 
Dotées d’un pouvoir de diagnostic et d’un droit de prescription, les sages-femmes forment une profession médicale à compétences définies. Ainsi, le champ d’intervention des sages-femmes auprès des femmes et des nouveau-nés en bonne santé est établi par le code de la santé publique.
 
La sage-femme assure la surveillance et le suivi médical de la grossesse et propose des séances de préparation à la naissance et à la parentalité. Elle assure, en toute autonomie, la surveillance du travail et de l’accouchement.
La sage-femme dispense les soins à la mère et à l’enfant après l’accouchement. Elle pratique la rééducation périnéo sphinctérienne liée à l’accouchement.
 
Au-delà de la période traditionnelle de la grossesse, la sage-femme accompagne également les femmes tout au long de leur vie en assurant leur suivi gynécologique de prévention et en prescrivant leur contraception.
A ce titre, elle contribue au repérage des situations de violences faites aux femmes.
 
Elle peut prescrire et pratiquer les vaccinations auprès de la femme et du nouveau-né dans les conditions définies par décret mais également auprès de toutes les personnes qui vivent régulièrement dans l’entourage de la femme enceinte ou de l’enfant jusqu’au terme de la période postnatale ou qui assurent la garde de l’enfant.
 
Spécialiste de la physiologie, la sage-femme adresse ses patientes à un médecin lorsqu’elle décèle une pathologie. Elle peut pratiquer les soins prescrits par un médecin en cas de grossesse ou de suites de couche pathologiques.
Sous réserve d’obtention de diplômes complémentaires ou d'agrément, la sage-femme peut pratiquer :
  • Des actes d’ostéopathie,
  • Des actes d’acupuncture,
  • Des actes d'échographie obstétricale systématique ou de dépistage,
  • Des interruptions volontaires de grossesse par voie médicamenteuse dans les conditions définies par la loi.
 
 
Méthode: le maître-mot est confiance
 
Dans les pays du Sud-Est asiatique, il est dit que la femme enceinte est "en mue". L'état d'être " en mue " est un état fragile, d'ouverture à tous les niveaux de la personne.
La sage-femme cherchera à développer en elle un état d'ouverture compréhensive à la situation de la femme qui se modifie (création d'une famille, agrandissement de la famille, changements dans le caractère, dialogue ou non dans la famille, confiance ou non, accueil du nouveau-né...).
Cela nécessite du temps, du calme, du respect, des paroles de part et d'autre entre la sage-femme et la femme, voire le couple et la famille.
 
La confiance partagée installe un sentiment de sécurité, sûreté, de respect et permet :
  • De trouver point d'appui à l'intérieur de soi, qu'il soit mental, physique, ou psychique,
  • D'estimer/évaluer ses limites, de réajuster ses limitations, et respecter ses limites,
  • De choisir l'ouverture à l'autre, même dans l'inconfort